Accueil du site > Eglises > T > Tourouvre

Tourouvre

dimanche 15 janvier 2012, par Sophie Montagne Chambolle

Église saint Aubin

Diocèse de Chartres
Archidiaconé de Dreux
Doyenné de Brezolles
Présentateur : l’archidiacre de Dreux

Torrourium en 1107

Diocèse de Séez
Doyenné du Perche
Paroisse sainte Anne du Perche

Clocher de l'église Maître autel Tableau du retable Clef de voûte du bas-côté nord Miséricorde d'une des stalles Le donateur du vitrail dit des Pélerins d'Emmaüs Vierge au pied de la Croix Détail du vitrail du miracle de saint Hubert La tour de l'escalier du XVIe siècle et ses petites ouvertures Un des bénitiers de l'église Dalle en mémoire d'Alexandre de La Vove de Tourouvre La cloche de Tourouvre Bannière d'une confrérie de charité

ÉGLISE SAINT AUBIN (1ER MARS)

Description extérieure

Description intérieure et mobilier

Histoire et légendes

Informations spécifiques : association, visite de l’église...

Description extérieure

  • Église d’origine romane, agrandie au XVIe siècle et restaurée au XIXe siècle : une nef, flanquée au nord d’un bas-côté, un chevet à cinq pans.
  • La toiture et le clocher en ardoises, les murs pour partie en grisons, blocs de calcaire et appareil couvert d’enduit.
  • Murs de calcaire et de grison, mur sud en partie roman. 3 cloches du XIXe dont une refondue dans les années 1960.
  • Clocher-porche de plan carré repris côté sud, à droite du portail, en 1883. Escalier et bas-côté nord du XVIe (archères arbalétrières dans le mur de l’escalier).
  • La plupart des fenêtres ont été restaurées en 1885

Description intérieure et mobilier

  • Deux petites fenêtres romanes et traces d’une porte romane dans le mur sud.
  • Fenêtres modifiées au XVIe, lors de la construction du bas-côté nord.
  • Voute de la nef en lambris et poutre peintes.
  • Bas-côté nord de l’église : 6 travées et voute sur croisées d’ogive. (fin XVe, début XVIe),
  • Retable et maitre-autel du XVIIe siècle.
  • Saint Aubin au sommet du retable, armes des La Vove sous ses pieds. Tableau du retable : copie d’un tableau de Bernardino Luini, élève de Léonard de Vinci, l’Adoration des mages, du troisième quart du XVIIe siècle, à gauche une Annonciation du XIXe siècle, à droite la Présentation de la Vierge au temple signée A Godard, de 1845, les deux tableaux étant inspirés de Guido Reni
  • Une restauration en 1974 a redonné à cet ensemble ses couleurs d’origine.
  • Stalles aux miséricordes toutes différentes du XIXe siècle, offertes par le curé de l’époque.
  • Chapelle du bas-côté : depuis 1820 autel dédié à la Vierge transporté d’une petite église désaffectée d’un hameau isolé en forêt : sainte-Nicole (autel classé).
  • A gauche, vitrail des pèlerins d’Emmaüs , du XVe siècle, restauré au XVIIe siècle, armoiries des Tourneboeuf associées à une croix indiquant la qualité de prêtre du donateur.
  • A droite vitrail du XVIe siècle, avec des lacunes, remis en place au XXe siècle : miracle de saint Hubert, armoiries des La Vove et des Gislain de Boisguillaume.
  • Vitrail mur sud proche du choeur, parties hautes : symboles des 4 évangélistes, ancien.
  • Deux vitraux mur sud, proches de l’autel, donnés en 1891 par Honoré Mercier, premier ministre du Québec : départ de Julien Mercier au XVIIe siècle, retour d’Honoré Mercier au XIXe siècle.
  • Chapelle de la Vierge, un vitrail de Max Ingrand en mémoire de la destruction de Tourouvre le 13 mai 1944 (inauguré lors de la remise de la Croix de guerre à Tourouvre en août 1949).
  • Statue de saint Sébastien sur le mur nord.
  • Ancienne poutre de gloire : Christ en croix, Vierge et Saint Jean déplacés sur le mur sud avant l’entrée du choeur.
  • Plaques commémorant le départ de Tourouvrains pour le Canada.
  • Bénitiers et fonts baptismaux anciens.
  • Bannières de Charité au fond de l’église

Histoire et légendes

La fabrique de Tourouvre commanda à Paul Monthéan sculpteur à Bellême le retable actuel par acte en date du 3 octobre 1644 et l’installation fut faite le 16 juillet 1646. Il remplaçait un précédent retable fait par Fleurend Jousse, sculpteur mortagnais représentant la Passion en 8 tableaux inspirés d’un livre d’images intitulé "Quadrins historiques de la Bible".

La flêche pyramidale du clocher fut renversée le samedi 15 janvier 1707 par une tempête.

L’escalier lui-même (et ses 31 marches) a été fait par Jean Guyon, mortagnais, parti pour le Canada et ancêtre de tous les Guyon, Dion...(commande du 30 novembre 1615)

En 1583, des travaux de restauration du bas-côté nord, construit peu avant et qui menaçait de s’effondrer sont décidés.

Le vitrail des pèlerins d’Emmaüs est probablement antérieur à 1430, offert par un sieur de Tourneboeuf, curé de l’église et restauré par un de ses arrières-neveu, Armand de la Vove de Tourouvre évêque et comte de Rodez au XVIIIe siècle

Le vitrail de saint Hubert dut être fait du temps de Galeran de la Vove de Tourouvre mort en 1532 dont la femme était une Gislain de Boisguillaume (enterrée dans le cloitre de Mortagne).

Érection de la confrérie suite à une demande à l’évêque de Chartres par supplique en date du 16 juillet 1553.

Informations spécifiques : association, visite de l’église...

Cette église est ouverte tous les jours de 10 heures à 18 heures. On trouve à l’intérieur, à gauche en entrant une lumière qui éclaire le maître-autel et sur une table une documentation que l’on peut acheter

La messe y est célébrée assez régulièrement.

Où est située cette église:


Découvrez toutes les églises du Perche Ornais géolocalisées en un clin d'œil